Retour d'affection

Discutons ensemble de magie et sorcellerie, retour d'affection
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 envoutement c'est quoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2007

MessageSujet: envoutement c'est quoi ?   Jeu 15 Mar - 8:14

Envoûtement : mot dérivé du latin « vultus », qui signifie visage, effigie, figure, désigne un ensemble de techniques dont le but est d’infliger à une figure de cire des traitements sauvages (piqûres, coups, etc ...) qui, par effet de déplacement, atteindront la personne représentée par cette effigie. Par extension, être envoûté signifie se trouver sous l’emprise de l’autre, soit de façon positive (emprise d’amour) soit de façon négative (emprise de haine).

L’envoûtement, consistant donc à faire des maléfices, fait appel à des forces surnaturelles ou naturelles, mais de toutes façons inaccessibles à qui n’a pas ce pouvoir.

Magie : ensemble de techniques destinées également à produire des effets sur les choses et les êtres. La magie blanche renvoyant à l’utilisation de phénomènes en accord avec les lois de la nature et dans un but positif, d’harmonie, alors que la magie noire vise, à travers l’utilisation, le recours à des forces obscures, occultes, diaboliques à la dysharmonie et à la nuisance.

Sorcellerie : Actions d’une personne, capable, du fait de sa relation avec le diable, et à l’aide de sorts, de maléfices, d’agir négativement sur un être, un animal.

La magie, la sorcellerie, constituent donc un ensemble de techniques codifiées visant à assujettir l’autre (ou à le détruire), par des forces, des puissances hostiles, supposées occultes : le sujet est alors possédé, envoûté.

Je me propose donc, à la lumière de ces définitions, de parler d’envoûtement, dans la mesure où l’état d’envoûté est le résultat de ces techniques dites de sorcellerie et de magie. La question de savoir si, dans ces processus, des entités démoniaques existent, si elles peuvent être sollicitées, sort du champ de mes préoccupations. Je m’attacherai ici et pour l’essentiel à dresser une sorte de tableau psychopathologique, c’est-à-dire un inventaire, une description et une tentative d’explication des mouvements d’âme habitant la psyché des envoûtés, et incidemment des envoûteurs.

L’envoûtement existe-t-il ? Répondre à cette question implique de prendre parti par rapport à une question très épineuse qui est celle de l’efficience de la pensée magique. Or on sait qu’une telle croyance (en l’action directe de la pensée sur la réalité matérielle ou somato-psychique de l’autre) sous-tend un fantasme inhérent à la psychose (c’est-à-dire à des problématiques psychologiques où les notions même d’intériorité ou d’extériorité sont très mal définies).

Y répondre par l’affirmative me met en porte-à-faux par rapport aux règles de base des psychothérapies des psychoses et d’un certain nombre d’autres problématiques : à savoir qu’il existe un monde intérieur et un monde extérieur séparés, et que l’efficience de la pensée magique, propre à la pensée animiste et à la psychose est une croyance qui doit pouvoir être dépassée pour structurer sa vie psychique.

Mais y répondre par la négative me met également en porte-à-faux par rapport à ce qu’il m’est donné de vivre et d’observer dans de nombreuses situations cliniques. Et d’autant, que la confrontation à ces mouvements intérieurs nous situe dans un autre registre que celui de la croyance, qui a peu ou rien à voir avec le champ psychotérapique.

Deux plans doivent donc être précisés d’emblée (pour sortir de ce paradoxe) : celui de la croyance qui doit parfois être dépassée pour avancer et celui de certains aspects de la réalité psychique, inter relationnelle, existentielle. Ma position est fonction des différents cas de figure présentés : parfois l’envoûtement n’est qu’allégation ; que cette allégation soit délirante ou pas. Parfois l’envoûtement correspond bel et bien à une réalité qui est celle d’une véritable emprise psychique, avec des effets troublants au niveau de la réalité matérielle ou vécue par le sujet. Dans tous les cas, je suis beaucoup plus attachée dans ma pratique à décoder, percevoir et mettre à jour les effets de sens de ces phénomènes et symptômes, plutôt qu’à enquêter sur leur réalité objective.

Mais il n’est pas toujours facile de distinguer clairement les deux plans dans ce domaine où se mêlent parfois (et même souvent) ce qui est de l’ordre de la subjectivité et ce qui est de l’ordre de l’objectivité.

Quatre protagonistes sont en fait à considérer dans un scénario d’envoûtement : le sujet faisant appel à l’envoûteur, l’envoûteur, l’envoûté et le désenvoûteur.

Pour des raisons de commodité rédactionnelle et aussi parce que ce terme recouvre une certaine réalité, je désignerai la personne ayant recours aux pratiques d’un envoûteur : le persécuteur ou l’envoûteur et garderai par ailleurs le terme d’envoûté pour distinguer la personne victime ou supposée telle.

Dans un scénario d’envoûtement, l’envoûteur apparaît comme une sorte de prestataire de service, celui qui va proposer ses techniques codifiées, pour mettre en forme et en oeuvre la haine de celui qui fait appel à lui, à travers des forces occultes avec lesquelles il est le seul à pouvoir entrer en relation, pour les rendre plus efficientes.

Les persécuteurs consultent rarement les psychanalystes ou les psychothérapeutes, encore moins les psychiatres, aussi nous n’avons que peu de choses à en dire. Il en va de même pour les rituels de sorcellerie, les jetages de sort. Je renvoie donc le lecteur à l’abondante littérature sur le sujet.

Je centrerai donc mon propos sur les mouvements intérieurs sous-tendant le vécu de l’envoûté. Nous ne ferons que de brèves allusions au persécuteur ou envoûteur.

L’ENVOÛTÉ : de la quête du persécuteur au persécuteur réel

La psychiatrie a pu décrire des problématiques de persécution où la thématique d’envoûtement est au centre des revendications et souffrances de ces patients. Et ceci dans des contextes les plus divers, syndrome d’influence, délire paranoïaque systématisé, sensitivité, jusqu’à des problématiques non psychiatriques dans lesquelles les interprétations sorcellaires du sujet ne s’inscrivent pas a priori dans un contexte délirant ou psychotique. De la psychose à la normalité, une sorte de continuum peut être ici envisagé autour de ce thème.

On pourrait penser que les allégations d’envoûtement survenant dans des contextes psychiatriques tel le syndrome d’influence sont de pures projections persécutives sur l’entourage.

Rappelons que, dans ce syndrome, le sujet peut avoir véritablement l’impression d’être possédé, manipulé, on lit sa pensée, on lui envoie des ondes, on l’injurie à l’intérieur de sa tête. Et bien sûr le voisinage immédiat de l’intéressé est le plus souvent impliqué dans ses accusations.

Curieusement, lorsque ces sujets déménagent, la symptomatologie disparaît... au moins pour un temps. Comment le comprendre ? Le mécanisme est simple : fort de ses sentiments persécutifs, le persécuté regarde ses voisins avec suspicion. Cette suspicion n’est pas faite pour susciter de la sympathie, on cesse alors de le saluer. L’attitude des voisins, purement réactionnelle au début devient progressivement de plus en plus hostile et réellement hostile, venant secondairement donner raison et déployer le sentiment de persécution et d’influence. Le ou les voisins incarnent ainsi et dans la réalité un statut de mauvais objet, qu’ils n’avaient au début que dans l’imaginaire de celui qui est en butte à un tel syndrome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retouraffectif.forumactif.fr
 
envoutement c'est quoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Code binaire : à quoi ça sert ?
» quoi faire avec des poivrons ?
» farine de riz, oui mais j'en fais quoi???
» L'imagination, c'est quoi ?
» Avec quoi fourrer une galette Vgl de sarrasin ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retour d'affection :: envoutement-
Sauter vers: