Retour d'affection

Discutons ensemble de magie et sorcellerie, retour d'affection
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la magie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2007

MessageSujet: la magie   Jeu 15 Mar - 9:34

Le mot « magie » fait partie du langage commun et je suis convaincue que vous avez tous une idée de ce qu'il signifie, même si vous ne vous fondez pas forcément sur une définition précise de ce terme.
Un grand nombre d'entre vous sont certainement enclins à définir comme « magiques » tous les phénomènes survenant sans explications logiques apparentes ou dont les caractéristiques amènent à penser immédiatement au surnaturel. Dans la vie de tous les jours, des phrases du type : « Tu es apparu comme par magie au bon moment... » ; « Je voudrais avoir une baguette magique pour sortir de cette situation... » ; « C'est un moment magique que nous revivrons rarement » ; « Ce gâteau est vraiment un enchantement pour le palais... », etc., sont très courantes.
Ce sont des phrases que vous avez sûrement prononcées et entendues maintes fois : elles donnent une idée assez précise de la signification et du rôle que l'on attribue communément à la magie.
Les plus superstitieux ont du mal à définir ce mot qui, bien que porteur d'espérance, suscite une sorte de crainte révérencielle. En général, ces personnes se contentent de clore le débat en disant : « Mieux vaut ne pas parler de ces choses, cela peut porter malheur... »
La définition qu'en donnent ceux qui s'intéressent au paranormal ou à l'ésotérisme sera, bien entendu, tout à fait différente. Ils diront le plus souvent : « La magie est une discipline qui aide à entrer en contact avec les forces astrales... ».

En fait, dans chacune de ces définitions il y a du vrai, mais la complexité de ce sujet et son caractère délicat nécessitent des explications beaucoup plus vastes.
Si l'on veut aborder ce thème d'une manière sérieuse et approfondie, l'on ne peut se contenter de ces idées vagues : il est nécessaire d'ébaucher une définition plus précise.
Un grand magicien de notre temps, Aleistair Crowley, a défini la magie de la manière suivante : « L'art de provoquer des changements conformes à sa volonté. Tout changement peut être obtenu par l'application, au niveau approprié, de la sorte de force la plus appropriée, de la manière la plus appropriée, par le moyen le plus approprié, sur l'objet le plus approprié. »
Pour ce chercheur, donc, la magie est une forme de connaissance. En outre, cette connaissance n'est pas abstraite et elle ne constitue pas une fin en soi, mais elle est surtout destinée à obtenir des résultats tangibles et concrets.
Nous pourrions dire, avec une terminologie plus moderne, que la magie est une connaissance opérationnelle de la réalité. Toutefois, bien que cette définition soit certainement exacte, à mon avis, elle est insuffisante, car elle n'établit pas de distinction entre la magie et d'autres disciplines radicalement différentes, par exemple la science. En effet, cette dernière aussi nous apprend à utiliser les bons instruments pour obtenir les effets souhaités.
En fait, ces deux disciplines se distinguent essentiellement par la méthode utilisée. Tandis que la science aspire en permanence à un point de vue impersonnel et objectif, la magie se base précisément sur les expériences personnelles et subjectives.
J'aimerais éclaircir au maximum ce concept car je considère qu'il est fondamental pour la compréhensiom..
Lorsqu'un homme de science découvre une loi de la nature, il essaie, dans la mesure du possible, de la présenter de sorte que sa validité soit considérée comme absolue. Son objectif est essentiellement que le processus ayant conduit à la découverte puisse être répété par tous ceux qui, connaissant la méthode scientifique opportune, veulent en vérifier la valeur. Ainsi, un scientifique américain voulant construire un radar utilisera les mêmes formules et les mêmes principes de base que ceux qui ont guidé les travaux de son collègue russe ou japonais. Dans ce cas spécifique, en effet, le fonctionnement du radar dépend de facteurs qui ne changent pas en fonction du lieu, du moment et de l'intervention humaine : cela signifie qu'il se fonde sur des principes universels.
Un autre exemple analogue est celui de la loi régulant la chute des masses, étudiée par Galilée et ses collègues à l'aube de la science moderne. Elle fut établie grâce à l'observation patiente du mouvement d'une série d'objets de forme et de poids divers, que l'on faisait tomber le long de plans d'inclinaisons variées et de longueurs différentes. La durée de chute et les longueurs parcourues furent mesurées et comparées ; l'on parvint ainsi à l'établissement de formules mathématiques les mettant en relation et décrivant le phénomène dans sa totalité. Ces formules sont valables de nos jours encore, même si plus personne n'observe la chute des objets : les principes régulant ce phénomène font en quelque sorte partie intégrante du phénomène naturel lui-même et, comme nous le savons tous, ils étaient vrais avant leur découverte par l'homme.
Les magiciens ne se comportent pas du tout comme des scientifiques : ils essaient de provoquer la survenue d'événements ou de modifier la réalité dans sa substance grâce à une méthodologie basée sur la tradition de leur peuple et sur leur expérience personnelle. Par conséquent, un sorcier du Mexique voulant attirer la pluie sur les prairies arides de sa tribu utilisera des formules et des modes opératoires très différents de ceux utilisés par un magicien chinois ou africain.
On remarquera, en outre, que les événements véritablement magiques ne peuvent pas être répétés, ni d'un point de vue qualitatif ni d'un point de vue quantitatif, par le praticien lui-même. En effet, ils dépendent de facteurs physiques et psychiques. Il est encore moins possible qu'un autre magicien soit capable de les reproduire d'une manière exacte. En d'autres termes, tandis que les principes scientifiques concernent la nature en soi (et on parle alors de « lois naturelles »), les principes magiques se basent sur l'interaction entre le magicien lui-même et la nature.

Disons, à ce propos, que c'est justement à cause de ces différences radicales que la science officielle considère la magie et les autres disciplines collatérales avec autant de suspicion et de suffisance.
Malgré l'essence subjective du fait magique, il n'en demeure pas moins que la magie est une discipline qui peut être enseignée et apprise.
Par ailleurs, il existe des traditions de pratiques magiques plus ou moins largement diffusées et certains aspects fondamentaux de la magie se retrouvent quasiment dans le monde entier, quelles que soient les cultures concernées.
Mais, une fois qu' il a entrepris son propre cheminement sur les voies de la connaissance, chaque magicien doit créer ses propres techniques et « prendre son envol » car, dans le cas contraire, rien de ce qu'il a appris ne pourra être véritablement valable.
De par son essence même, la magie ne fait pas appel uniquement à l'intelligence de ses adeptes, mais également à toute une série d'autres composants de la personnalité humaine. Parmi ceux-ci, l'on soulignera l'importance de la volonté qui est le « moteur » nécessaire pour concrétiser la connaissance magique. L'entraînement de la volonté constitue une partie essentielle du « training » de tout magicien, parallèlement à l' étude et à l' accumulation de connaissances.
Je ne m'attarderai pas ici sur cette notion de base ; il nous suffira de préciser qu'il doit s'agir d'un entraînement constant et sérieux, destiné à intérioriser les connaissances personnelles de chacun. Ceux qui désirent accéder à la dimension magique doivent se comporter comme des sportifs professionnels, qui apprennent à exécuter avec naturel des techniques spécifiques, comme si elles faisaient partie de leur essence. En effet, ce qui est obtenu sous l' effet d'ordres ou de sollicitations externes ne peut produire que des attitudes mécaniques.
De ce point de vue, également, la différence entre le magicien et le scientifique est très profonde : en effet, ce dernier ne doit pas accomplir un véritable travail de préparation sur lui-même et il peut se « contenter » d'étudier et d'apprendre des méthodes, des critères, des techniques et des notions. Le travail requis par celui qui veut apprendre la magie, en revanche, amène l'adepte, qui a su ne pas se perdre en chemin, à obtenir un développement intérieur considérable, comparable à celui atteint avec d'autres disciplines mentales ou mystiques, par exemple le yoga.
À cet égard, on peut dire que la magie se réalise dans le magicien lui-même et que ces manifestations externes ne sont rien d'autre que l'émanation de cette « œuvre », première et fondamentale, accomplie sur la personnalité du magicien.
Pour être tout à fait complet, il nous faut maintenant aborder le sujet de ce que l'on appelle les « couleurs » de la magie. On entend dire en effet que celle-ci peut être blanche, rouge ou noire, comme si cette discipline présentait trois natures différentes. En réalité, la magie est unique et ne présente pas de couleurs différentes. Ce qui diffère, ce sont les motivations et le contenu du rituel utilisé et c'est uniquement ce contenu qui peut « changer la couleur » de la magie.
• L'expression magie blanche recouvre toutes les opérations destinées au bien (purification, rites destinés à assurer la santé, la sérénité, le rapprochement de personnes, à favoriser le travail, le bien-être, etc.)-
• L'expression magie rouge, moins souvent utilisée en France, désigne principalement les rituels d'amour et de passion, qui ont souvent une connotation sexuelle (liens, renforcement de la puissance sexuelle, etc.).
• L'expression magie noire est associée à des phénomènes très délicats et nécessite un développement particulier. Trop souvent, lorsque l'on entend parler de magie noire, l'on évoque des rituels d'origine satanique, caractérisés par des effusions de sang. Dans le meilleur des cas, l'on pense à la magie noire comme à une célébration de rituels destinés au mal (mauvais sort, mauvais œil, maléfices destinés à diviser, détruire, voire faire mourir quelqu'un). Selon ce point de vue, la magie noire ne serait exercée que par des personnes mauvaises et dénuées de tout scrupule. La réalité est un peu différente : même les magiciens dotés d'une grande élévation spirituelle sont contraints d'effectuer des rituels « noirs » pour combattre ou détruire les opérations négatives produites par les mêmes méthodes.
Pour être plus clair, nous pourrions peut-être utiliser l'exemple de la médecine homéopathique qui, pour soigner une maladie, provoque dans l'organisme les symptômes de celle-ci.
Il faut souligner toutefois que procéder à des opérations de magie noire dans un but positif est extrêmement complexe et nécessite une vaste expérience : je vous invite par conséquent à vous abstenir de ce type de pratique au moins tant que vous n'aurez pas accumulé une expérience considérable en la matière. Il est inutile de dire que si vous souhaitez vous consacrer à cette discipline dans un but négatif, c'est-à-dire faire du mal, vous aurez à en payer un prix très élevé, non seulement au niveau de votre conscience, mais également d'un point de vue physique. En effet, dans ce genre de cas, l'énergie utilisée est tellement intense et dangereuse qu'elle est difficile à contrôler : ce que l'on appelle « l'onde de retour » a souvent des effets dévastateurs.
Les méthodes utilisées pour ces rituels sont indéniablement puissantes et efficaces. Certains pourraient être tentés de s'y essayer, mais je vous assure que les dommages qui s'ensuivent sont tellement importants et tellement nombreux que même les plus aventureux reculeront.
Après avoir mis en lumière les aspects les plus spectaculaires de cette discipline, je peux maintenant définir la magie comme étant une forme approfondie de connaissance opérationnelle des interactions entre la nature et le sujet, complètement réalisée dans la personne qui la pratique.
En lisant cette définition, vous risquez de penser que la magie est une discipline trop difficile réservée à de rares adeptes ou à des esprits supérieurs.
En réalité, cela n'est vrai que pour ceux qui veulent faire de la magie leur raison de vivre, ou se lancer dans cette activité en tant que professionnels et atteindre les niveaux les plus élevés.
Il est possible que, parmi les lecteurs, un certain nombre y parviennent, mais la plupart d'entre vous sauront se contenter de résultats plus modestes, même s'ils sont moins intéressants à première vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://retouraffectif.forumactif.fr
 
la magie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les auteurs de magie runique
» Sommaire magie celte
» l'Islam et la magie
» Les dangers de la magie noire.
» Magie draconique livre sur internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retour d'affection :: magie-
Sauter vers: